OCT Time Domain


C'est une technique d'OCT datant de quelques années et qui a été la première à être utilisée en ophtalmologie. Elle est nommée OCT Time Domain ou TD OCT.

Il s'agit de réaliser une échographie optique des couches de la rétine ou de la cornée. Les échographies habituelles utilisent des ultrasons, mais dans l'OCT TD on se sert de lumière pour réaliser des images des différentes strates de la cible.

Nous utilisons un laser émis par une diode superluminescente pour éclairer la rétine (la technique est la même pour la cornée). Cette lumière faiblement cohérente va être réfléchie de façon différente par les couches rencontrées, ce qui va entraîner des rayons réfléchis multiples. Il n'est pas techniquement possible d'utiliser des caméras pour capter ces rayons réfractés, car elles devraient enregistrer des événements inférieurs à une picoseconde (10 puissance -12 seconde).

Il faut donc user d'un stratagème qui consiste à comparer le signal lumineux émis et connu, et le signal récupéré à la sortie du tissu examiné. Un traitement mathématique de corrélation va permettre d'en extraire les différences et de construire des images.

Le système optique (ou interféromètre de Michelson), utilise un laser qui délivre de courtes impulsions de lumière cohérente (tous les photons sont en phase). Le rayon tombe sur un miroir semi-réfléchissant placé à 45 degrés qui sépare le faisceau en deux. Une partie va sur un miroir et revient sur le détecteur. L'autre partie du faisceau va frapper la cible et revient également sur le détecteur. C'est l'étude des différences de chemin entre ces deux flux de lumière cohérente qui va permettre de calculer les images. Grâce à un déplacement du miroir sur son axe, il va être possible de scanner une ligne de rétine. Un déplacement de l'ensemble en XY va permettre d'obtenir une étude de la portion de rétine limitrophe.

C'est donc l'étude des temps de trajets des faisceaux qui est à la base de cette technique, d'où son nom Time Domain.

Un des défauts de ce système est le temps de rotation du miroir qui demande quelques millisecondes. Il suffit que l'oeil bouge un peu pour que les images soient de moins bonne qualité, et présentent des artefacts (ondulation des lignes horizontales).

La résolution axiale correspond à la profondeur à laquelle le système peut enregistrer les détails. Les propriétés de cohérence et la densité spectrale de puissance de la source laser influent directement sur la forme du signal interférométrique détecté, et par conséquent sur la résolution axiale.
La résolution transverse correspond, elle, au balayage du faisceau laser sur le fond rétinien.